Animasia - Le Blog

IGF Awards
9
Oct

IGF Awards, retour sur les gagnantes ECV de 2017 !

Lors de l’édition 2017 du Festival Animasia, Laetitia Milh, Aurore Solé et Manon Salomon, toutes les 3 étudiantes de la section Game de l’ECV Bordeaux, remportaient le prix Etudiant de l’IGF Awards, un prix créé pour distinguer et encourager les jeunes créateurs de jeux vidéo.

Rencontre avec 3 jeunes créatrices de jeux vidéo, tout juste diplômées et pleines d’avenir.

l'ECV IGF Awards

Pouvez-vous nous parler de vous, de votre parcours ?

Laetitia Milh

On a toutes les trois suivi le cursus de l’ECV et choisi la spécialité Jeux Vidéo. Personnellement, j’ai toujours voulu travailler dans le graphisme de jeux vidéo, et j’ai tout fait pour avoir une bonne base artistique et occuper plus tard un poste créatif. Aujourd’hui, je peux travailler en entreprise grâce à mes compétences en 3D, mais j’espère pouvoir arriver à travailler sur des projets en 2D.

Aurore Solé

J’ai tout mon parcours été tiraillée entre l’envie de faire des films d’animation, de l’illustration ou de créer d’œuvres vidéo ludiques. J’ai choisi la dernière option car elle répond le mieux selon moi à mon envie de créer et de partager des univers et de raconter des histoires interactives.

Manon Salomon

Après mon bac j’ai commencé à l’ECV en prépa. A la base, je voulais aller dans la section cinéma d’animation, mais en 3e année, on nous a présenté la section Game Art, qui était toute récente. Je ne regrette pas du tout ce choix aujourd’hui car cette section est d’une grande richesse technique et artistique.

Vos études finies, que faites-vous maintenant ?

Laetitia Milh

Je suis en stage à JLA Games à Paris, où je fais principalement de la modélisation, je peaufine mes compétences auprès de professionnels.

Aurore Solé

Depuis quelques mois déjà je suis stagiaire graphiste 2D à Shiro Games. C’est une expérience très enrichissante, et j’espère le début d’une histoire passionnante dans la création de projets créatifs !

Manon Salomon

Pour le moment je suis en stage à Wako Factory où je fait de l’animation 2D. J’ai aussi beaucoup de projets pour l’avenir : je veux aller au Japon, un pays qui m’inspire énormément et y apprendre la langue, ce que j’ai déjà commencé à faire. Et lorsque nous aurons quelques années d’expériences, nous aimerions beaucoup monter notre propre studio indé avec Aurore.

Vous avez gagné le prix étudiant du concours IGF Awards, quel est votre meilleur souvenir ?

Laetitia Milh

La rencontre avec le jury et leurs retours extrêmement constructifs, le soutien que l’on a reçu des gens qui sont venus tester notre jeu et bien sûr voir des professionnels croire en nous et nos compétences.

Aurore Solé

Il est assez stressant de présenter un projet à un public, à un jury. Pourtant, les visiteurs et les professionnels du milieu ont fait un accueil chaleureux à notre projet, c’était un moment de partage très positif et encourageant ! Recevoir les conseils de professionnels donne une motivation incroyable.

Manon Salomon

On ne s’attendait pas à avoir un prix, je suis restée surprise quelques secondes avant de comprendre ce qu’il venait de se passer. Ca nous a fait très plaisir et personnellement ça m’a donné confiance et un boost de motivation incroyable !

Comment des passionné(e)s de jeux vidéo perçoivent-elles Animasia ?

Aurore Solé

Animasia regorge de créativité, tant sur la scène du jeu vidéo que du côté des illustrateurs, des cosplayeurs… c’est un véritable plaisir que de se balader dans une telle ambiance !

Manon Salomon

C’était aussi super de voir les gens s’amuser avec notre jeu. J’ai aussi adoré passer sur les autres stands des studios et de pouvoir jouer et discuter avec des pros. Animasia est vraiment génial pour ça !

Laetitia Milh

Peu importe où on posait les yeux, nous voyions plein de gens créatifs, passionnés, et des tas de chouettes projets.

Vous avez gagné avec le jeu « Back To My Snowy Home », pouvez-vous nous raconter son histoire ?

Manon Salomon

On s’est mis un peu de challenge aussi, par exemple dans le système de combat qui n’a pas été facile à mettre en place et qui sans l’aide d’Adrien Forestier, notre coordinateur pédagogique à l’ECV, n’aurait sans doute pas existé.

J’ai adoré la partie modélisation, ça a été un vrai plaisir de créer ses mouvements.

Et bien sur ça l’a aussi été quand on a inséré les animations et qu’on a commencé à tout voir bouger dans nos scènes.

Pour l’anecdote, nous avons décidé sur un coup de tête de créer des cailloux et des ronces sur le chemin de l’héroïne, ce qui peut sembler un tout petit détail. Mais ça a tout changé et le feedback des joueurs était génial !

Laetitia Milh

Nous voulions créer un jeu où chacun pourrait faire ses propres choix et obtenir une fin différente selon sa personnalité, tout en faisant quelque chose qui combinerait nos univers visuels respectifs.

Aurore Solé

Nous avons conçu Back to my Snowy Home comme une invitation au voyage, une aventure fantastique qui prendrait un sens différent pour chacun selon son propre vécu. Pendant qu’Ilya, notre héroïne, grandissait, nous faisions notre propre parcours initiatique à travers cette première création vidéo ludique. Nous avons beaucoup appris, sur des aspect techniques comme le pixel art mais aussi personnels, sur nos propres limites mais aussi capacités.

Que conseilleriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’un jeu vidéo ?

Laetitia Milh

Croire en ses rêves et ne jamais se décourager, même si le résultat au départ n’est pas à la hauteur de nos espérances. Créer un jeu, c’est une longue route dans laquelle il n’est pas raisonnable de se lancer sans bagage.

Aurore Solé

Tout repose sur un équilibre. Le plus important est de ne pas perdre sa motivation, d’entretenir la flamme sans pour autant se laisser dévorer par le projet. Pour aller jusqu’au bout, il faut garder une harmonie entre le travail et des temps de pause essentiels pour recharger son énergie créative. Il faut également tenter de jauger de l’ampleur de la tâche que l’on désire accomplir, rester réaliste et ne pas vouloir en faire trop… ni trop peu.

Manon Salomon

Tout d’abord, s’amuser en créant son jeu ! même s’il y a parfois des coups durs, il faut prendre plaisir à créer et persévérer. Garder sa motivation, être avec des personnes avec lesquelles on s’entend bien et qui travaillent à peu près au même rythme.

 

Retrouvez tous les studios indépendants sur l’espace Indie Game Factory by ECV,

Rendez-vous Dimanche 14 octobre à 13h15 pour la remise des prix IGF Awards by ECV prix étudiant 2018 !

J’achète mon pass pour venir à l’Indie Game Factory

ECV

.gdlr-blog-full .post { width: auto; max-width : 750px; }