Animasia - Le Blog

kintsugi
31
Août

Kintsugi, réparer les objets et esprits brisés – Festival Animasia 2018 JAPON

Briser un objet auquel on tient est toujours triste. Souvent, on essaye de le sauver en recollant les bouts brisés entre eux. On juge le résultat satisfaisant si les traces de la réparation sont invisibles. Il faut que l’objet soit comme neuf. L’art du kintsugi opte pour une idéologie totalement différente.

Les japonais ont élaboré une méthode particulière pour réparer les porcelaines et céramiques brisées : le kintsugi, littéralement « jointure en or ». Au-delà d’une simple réparation, le kintsugi peut être vu comme une forme d’art, qui relève d’une philosophie particulière. Découvrons ensemble comment se pratique le kintsugi, ainsi que sa portée philosophique.

Un artisan en train de recouvrir les fissures d’or, vimeo.com : Kintsugi : The art of Broken Pieces

Origines légendaires

Une légende raconte l’origine du kintsugi. Un jour comme les autres, le shogun (dirigeant du Japon) Ashikaga Yoshimasa brise son bol de thé favori. Il envoie les fragments de son bol en Chine pour qu’il soit réparé par ses plus grands artisans. Le bol revient au Japon certes en une seule pièce, mais rapiécé avec de vulgaires agrafes en métal. Il demande alors à ses meilleurs artisans de réparer le bol d’une meilleure façon. Les artisans japonais sont alors bien embêtés, il ne savent pas comment réparer l’objet autrement que l’on fait les chinois. Ils se posent beaucoup de questions sur la meilleure façon de dissimuler les réparations.

Le shogun Ashikaga Yoshimasa peint par Tosa Mitsunobu, wikepedia.org

C’est alors qu’ils décident de ne pas cacher les fissures de l’objet. Elles font parties de sont histoire, les dissimuler serait trahir son passé. Finalement, ils collent les fragments de l’objets à l’aide d’une colle particulière, le sabi, puis recouvrent le sabi de poudre d’or. Ainsi né le kintsugi. 

La méthode de réparation du kintsugi

Première étape

La première étape de la réparation consiste à réunir tous les fragments et de les numéroter. Ainsi, il est plus facile pour l’artisan  de reconstituer l’objet, de la même manière qu’un puzzle. Ensuite, il faut polir les bouts brisés de la céramique ou de la porcelaine. Ainsi les morceaux seront plus faciles à coller ensemble. C’est aussi une étape importante qui permet de libérer la douleur de l’objet mais aussi le danger potentiel dont il peut être à l’origine.

Le sabi

Vient une étape décisive, la fabrication du sabi. Le sabi est utilisé comme une première couche de colle. C’est lui qui va permettre à tous les fragments d’être maintenus entre eux. Le sabi, traditionnellement, est constitué de boue et d’eau que l’on laisse solidifier pendant plusieurs semaines.  À ce moment, l’artisan doit analyser minutieusement tous les fragments. Chaque fragment est unique. Jamais on ne retrouve des objets qui se brisent de la même manière. Il faut comprendre comment l’objet s’est brisé pour mieux le réparer. Lorsque l’artisan se sent prêt, il peut alors appliquer le sabi sur les fragments pour redonner vie à l’objet. L’outil utilisé varie selon les artisans. N’importe quel objet peut être utilisé à cette étape, tant que l’artisan se sent à l’aise avec.

L’application du sabi, youtube.com, Kintsugi el arte japonés de arreglar lo roto con oro

Une fois tous les bouts recollés, l’objet récupère sa forme originale, avec des fissures d’une couleur noire aux endroits où il s’est brisé.Il faut alors attendre que le sabi sèche. Cela prend parfois plusieurs semaines. C’est pourquoi on dit que la clé du kintsugi est l’humilité. L’humilité devant le temps.

L’or, l’ultime étape

Une fois le sabi sec, il ne reste plus qu’à recouvrir les fissures d’une seconde couche de colle où l’on verse de la poudre d’or. L’or peut paraître un peu superficiel, un objet n’a pas besoin d’être recouvert d’or pour être beau. Dans le kintsugi, l’or permet de montrer quelle valeur on accorde à un objet. Il montre qu’on a passé du temps à réparer cet objet, comment il s’est brisé puis a été réparé. Il montre que cet objet est important et n’est pas qu’ une vulgaire babiole.

Application d’une poudre d’or, aj+france.com

Une philosophie de vie

Certains maîtres du kintsugi comparent la vie des hommes à celle d’un objet. De la même manière qu’un objet se brise, notre esprit peut aussi se briser. Mais il est toujours possible de remonter la pente. Il faut essayer de comprendre pourquoi notre esprit s’est brisé pour pouvoir mieux le réparer. Pour cela, il suffit de rassembler tous nos morceaux brisés et de les polir pour qu’ils puissent se remboîter complètement. C’est à ce moment que l’on arrive à retrouver une paix intérieure, quand tous les morceaux de notre être sont en parfaite harmonie, même s’ils viennent d’être récolés entre eux. Et il est tout à fait possible de réparer d’autres esprits que le sien. Les maîtres du kintsugi réparent la plupart du temps des objets qui ne leur appartiennent pas.

Le Monde brise tout le monde. Et ensuite, beaucoup deviennent plus forts là où ils se sont brisés.

Ernest Hemingway

Un bol réparé grâce au kintsugi, lifegate.com

Suivez toute l’actualité du Festival Animasia et d’’Animasia « Hors Les Murs » sur nos réseaux Facebook et Twitter !

Source : https://www.youtube.com/watch?v=B-uZiszbo7M

Auteur : Yatsu Atatakai

 

.gdlr-blog-full .post { width: auto; max-width : 750px; }